Priapisme : quelles sont les causes de cette érection persistante ? : Femme Actuelle Le MAG

Femme réalisant une érection

Cour, S. Droupy, A. Faix, C. Methorst, F. Giuliano Référence : Prog Urol,23, 9, La connaissance de la physiologie de la sexualité masculine et féminine a fait de grands progrès.

Certains darwinistes ont évoqué une sélection par les femmes qui choisiraient plus volontiers les hommes sans baculum, une bonne érection étant un signe de bonne santé. Le système américain forme des hyperspécialistes qui réalisent le même geste quotidiennement et quasiment exclusivement. Ils reçoivent les patients grâce à des réseaux bien organisés.

Au début, il y a toujours le désir qui comporte une composante biologique, neuroendocrinienne et une composante psychoaffective particulièrement importante chez la femme. La femme réalisant une érection de la réponse sexuelle met en jeu des mécanismes cérébraux complexes qui peuvent inhiber ou faciliter, via les centres spinaux, la réponse des organes sexuels périphériques. Chez la femme, les études physiologiques ont été peu nombreuses avant les années EnWilliam Masters, gynécologue, et Virginia Johnson, psychologue, ont publié une étude anatomophysiologique des réactions sexuelles humaines, après observation clinique des comportements et enregistrement des variations anatomiques et physiologiques du déroulement des rapports sexuels.

Plus récemment, Rosemary Femme réalisant une érection a proposé que ces trois phases de la réponse sexuelle féminine soient organisées non pas de manière linéaire, mais circulaire afin de prendre en compte les multiples interactions, notamment neurohormonales du cycle de la réponse sexuelle chez la femme.

femme réalisant une érection

Par exemple, un rat mâle aura à résoudre une tâche opérante [9,10] ou à traverser une grille électrifiée pour atteindre une femelle sexuellement réceptive.

Il initie la cascade des éléments neurovasculaires comprenant les réponses somatiques, génitales et les comportements adaptés. Pour chacune des zones périphériques stimulées, la réponse intégrée au niveau cortical apparaît dans une zone spécifique mais toujours dans la région du lobe médian paracentral [19—21].

Les neuromédiateurs centraux peuvent faciliter ou inhiber la réponse sexuelle féminine. La dopamine est impliquée dans le contrôle central de la réponse sexuelle, elle est facilitatrice.

Chez le rat, la dopamine freine la libération de la prolactine. La dopamine intervient également dans femme réalisant une érection système de récompense en rapport avec la quête de plaisir. La concentration de dopamine dans femme réalisant une érection noyau accumbens augmente quand la femelle devient réceptive en pas dérection pendant des mois du mâle et lors de la copulation.

Les agonistes dopaminergiques augmentent les comportements sollicitant et menant à la copulation. Figure 3 : Effets centraux des neuromédiateurs et des hormones sur la réponse sexuelle féminine.

Une baisse de la libido a été corrélée à un taux bas de dopamine. Cette libération suit un rythme nycthéméral et menstruel.

«Excitation: le fétichisme limite mes rapports»

Une étude clinique chez des femmes souffrant de désir sexuel hypoactif a mis en évidence un effet favorable du bréménalotide. La sérotonine est un neurotransmetteur synthétisé à partir du tryptophane. Les corps cellulaires des neurones sérotoninergiques sont situés dans le noyau du raphé dans le tronc cérébral.

Dans la région limbique, la sérotonine intervient dans le contrôle du plaisir et de la motivation. En périphérie, les estrogènes sensibilisent la peau qui est une structure clé pour les stimuli sexuels externes.

La panne d'érection !

Les estrogènes exercent également un effet important sur la trophicité vaginale ainsi que sur la lubrification. Le rôle de la progestérone dans la réponse sexuelle féminine reste mal connu [16,30,32,39].

femme réalisant une érection

À côté de ces effets somatiques, la testostérone a aussi des effets psychosexuels, le plus évident étant la stimulation du désir sexuel. En périphérie, la testostérone conditionne une partie de la pilosité. Une certaine proportion de testostérone est convertie en estradiol dans le cerveau. La prolactine est une hormone antéhypophysaire sécrétée par les cellules lactotropes dont le taux suit un rythme nycthéméral avec un pic entre quatre et dix heures.

Le VIP, les sérotoninergiques, les opioïdes, la substance P et les estrogènes induisent sa libération.

La prolactine influence le désir sexuel féminin. Cette diminution est liée à une baisse de la sécrétion surrénalienne. Avant 70ans, les modifications éventuelles du désir sexuel chez la femme ne sont pas imputables au taux de DHEA.

Avant-première : la naissance du désir

Figure 5 : Mécanismes biochimiques du contrôle du tonus de la cellule musculaire lisse caverneuse. Les noyaux du raphé et le noyau paragigantocellulaire, sérotoninergiques, ont une action inhibitrice sur les réflexes sexuels, leur activité est diminuée pendant les phases de sommeil paradoxal. Le drainage veineux est satellite des artères via la veine dorsale profonde et les veines crurales vers le plexus de Santorini, les veines latérovésicoprostatiques et les veines pudendales.

Il apparaît cependant que plusieurs voies afférentes projetant vers les niveaux thoracolombaires et sacrés exercent un rôle activateur sur la réponse éjaculatoire.

Ce fait a été exploité avec succès pour recueillir du sperme chez des patients traumatisés médullaires en réponse à une stimulation de type vibratoire appliquée sur le gland. La modulation cérébrale des centres spinaux thoracolombaires et sacrés est en revanche mieux connue. La vulve comporte le mont de Vénus, le clitoris, les grandes et petites lèvres.

femme réalisant une érection

Le mont de Vénus est la zone pileuse située devant la symphyse pubienne. Les grandes lèvres constituent deux protubérances latérales se rejoignant dans la commissure antérieure avec le clitoris en haut. Les petites lèvres, richement innervées, bordent la vulve et viennent former le frein et le capuchon du clitoris.

Immédiatement adjacent, le bulbe vestibulaire est formé de deux organes érectiles pairs, situés en profondeur des petites lèvres. Nous avons choisi le modèle de Kaplan, en trois phases, la description des bases de la réponse sexuelle féminine. Pour pouvoir initier une relation sexuelle, la femme doit augmenter son rapprochement émotionnel avec son partenaire, augmenter son bien-être et sa propre image.

Le désir sexuel est généré par des stimuli extérieurs modalités sensorielles et des stimuli psychologiques fantasmes, mémoire…. Cette phase fait intervenir un réflexe à point de départ médullaire.

Les zones érogènes primaires sont stimulées petites lèvres, clitoris, unité neurovasculaire vaginale antérieure, seins… et les informations sensitives génitales sont transmises via en particulier les nerfs pudendaux et la moelle pour être intégrées au femme réalisant une érection cortical.

La résolution se manifeste par une relaxation des muscles et une diminution de la vasodilatation périnéale. Chez la femme, la sensation orgasmique est également rapportée au moment des contractions stéréotypées des muscles pelvipérinéaux incluant les sphincters urétral externe et anal ainsi que la musculature circonvaginale.

Priapisme veineux : zoom sur les différentes causes

La pression artérielle, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire sont augmentées. Des rougeurs cutanées, des réactions sudatoires et une érection des mamelons sont parfois notées.

Ce phénomène entraîne ainsi une réponse généralisée contribuant à la sensation paroxystique. Cette étude a été réalisée chez une femme anesthésiée et donc non excitée sexuellement. Néanmoins, le transport rapide du sperme depuis le vagin semble avoir été confirmé par scintigraphie avec une durée inférieure à une minute entre le col utérin et la trompe de Fallope homolatérale au follicule dominant, donc du côté préférentiel pour les chances de fertilisation. Le sperme était censé venir du cerveau vers les voies génitales féminines par un chenal empruntant la colonne vertébrale.

La première étude radiologique publiée a été réalisée par Riley en Elle a été conduite par des femmes éduquées à effectuer elles-mêmes une échographie pendant un rapport sexuel dans différentes positions. Elle est apparue particulièrement adaptée compte tenu de la précision des détails anatomiques.

femme réalisant une érection

La stimulation préférentielle sur le plan anatomique pourrait donc varier selon la position coïtale. Ces structures possèdent une innervation distincte et des projections cérébrales différentes.

Les descriptions des perceptions sensorielles des orgasmes produits par une stimulation clitoridienne pure ou une stimulation cervicovaginale profonde sont également différentes.

Peut-on montrer le sexe?